Image du magazine Terra Gama

#Terra Gama - Le jeu vidéo comme vecteur d’idéologie : Le cas The last of us part II

3 abonnés

 

 L'IDEOLOGIE TRANSMISE PAR LE JEU VIDEO : Le cas The Last Of Us II

Aujourd’hui dans Terra Gama, nous allons parler de la thématique particulière qu'est l’idéologie défendue au travers du jeu vidéo. Et nous allons notamment prendre le cas de The Last of Us part II.
Sorti le 19 juin 2020, le jeu a déjà fait couler beaucoup d’encre. Il a particulièrement fait parler concernant l'intention idéologique de sa réalisation. Dans cet article nous nous intéresserons aux messages de fond que l’on peut relever et surtout interpréter dans The last of us. Il ne sera pas mention de son gameplay ni de son esthétisme ni même de sa qualité graphique.
Sur la toile (pardonnez-moi l'expression de vieux) de nombreux avis de déception ont émergé : 




Il y a, de la part de certains joueurs, un véritable goût d’amertume vis-à-vis de la réalisation du jeu, voire un sentiment de trahison dont l’origine vient également d’une stratégie marketing qui varie entre la réalité du jeu et des promesses non tenues. Mais ce sentiment de trahison qui a pu être vécu de la part de certains trouve aussi son origine dans l’orientation idéologique et politique du jeu. Neil Druckmann accompagné de la société américaine Naughty Dog a réellement pris partie. 

Ce qui a pu interroger certains joueurs fut le choix de l’orientation sexuelle d’Ellie. Effectivement, dès les premières minutes de jeu, le joueur est mis au fait de son homosexualité. Cela a pu susciter des émotions négatives de la part de certains, ou même un rejet. Car c'est d’une certaine façon une rupture assez marquée entre la jeune Ellie de The last of us part I et celle que l'on retrouve dans la partie ll. Mais ce qui a le plus suscité de l’incompréhension, c'est la figure du personnage d’Abby qui, semblerait t-il, est un personnage trans. Ce choix a bousculé beaucoup de joueurs. 
Nous allons essayer humblement d’analyser ce désamour du jeu lié à ce choix affirmé de mettre en lumière ce type de protagonistes...



Au sein de nos sociétés, nous voyons grandir des mouvements qui prônent des valeurs comme l’émancipation, la liberté ou bien l’égalité. Les problématiques liées aux causes féministes et LGBTistes ont pris un essor dans les sphères médiatiques et dans la société. De ce fait, ces problématiques ne peuvent donc pas échapper à la sphère médiatique que constitue le monde du jeu vidéo.

Ce qui peut être vécu chez certains comme quelque chose de perturbant, c’est la base idéologique de ces dernières qui est fortement constructiviste. C’est à dire que tous les phénomènes sociaux (politique, culture, différence comportementale, sexuelle, etc..) proviennent essentiellement d’une forme de construction sociale créée avant tout par les hommes, et qui se transforment dans le temps en traditions, qui elles-mêmes vont progressivement s’institutionaliser. Ce que les constructivistes actuels critiquent, c’est le poids prépondérant de la construction sociale créée par ce qu’ils nomment le système patriarcal hétéronormé, c’est-à-dire une institutionnalisation d’un modèle de vie à l’avantage des hommes hétérosexuels.
Face à cette vision du monde assez nouvelle, nous avons une vision assez ancienne et basée sur un rapport à la société plus déterministe et naturaliste, fortement assise sur des acquis traditionnels rejetés catégoriquement par les mouvements qui prônent la déconstruction et la reconstruction d’une nouvelle identité des individus.
De ce fait, The last of us est un jeu qui a naturellement clivé les joueurs en prenant le parti de mettre en avant des figures représentatives des causes féministes et LGBTistes. Une grande part des joueurs ne s'est pas retrouvée dans cette volonté de redéfinir la société.

 Attention spoil : Ne lisez pas le paragraphe qui suit si vous n'avez pas encore joué 

Le fait que le personnage d'Abby, qui semble être un transexuel, tue le personnage emblématique de la licence qui est Joël, a pu être vécu de la part de certains comme la personnification d’une lutte entre deux visions d’un monde qui se font face. En tuant Joel, Abby fait de manière symbolique triompher les valeurs constructivistes en défaveur du vieux model patriarcal obsolescent. 
Dans le jeu, on oblige le joueur à porter le point de vue d’Abby en l’incarnant, ce qui est habile de la part des développeurs qui poussent le joueur à faire le deuil de ce monde ancien en obligeant le joueur à prendre le point de vue de la réalité du monde à travers le regard d’Abby. Le jeu porte à la lumière deux femmes fortes émancipées qui vont s’affronter et dans lequel les hommes ne font pas le poids. Il est indéniable que ce jeu est à l’image de notre temps. Mais peut-on lui faire le réel reproche de porter une idéologie ? De notre point de vue, nous pensons que non, puisse qu’aucune œuvre artistique ne peut se targuer d’être sans idéologie. Car chaque production artistique est avant tout un regard porté par un Humain.
Mais la critique qui semble émerger sur le fond idéologique de la part de certains gamers, c’est le fait que le jeu constitue une certaine forme de « propagande ». Le jeu a été vécu comme un énième objet culturel visant à faire adhérer les joueurs à une vision qui leur est viscéralement opposée. 

 CONCLUSION? 

Ainsi pour conclure nous nous permettons ici de questionner ces deux visions du monde qui se révèlent être en tension :

Premièrement peut-on théoriser une vision constructiviste viable et cohérente ? Si tout phénomène culturel est issu d’un construit, alors la notion de construction sociale n’est-elle pas elle-même une construction qui ne repose pas sur une réalité humaine tangible ? 

Puis enfin peut-on essentiellement se reposer sur une vision du monde hérité sans réellement la questionner ? Dans un monde individualisé, est-il aussi aberrant que les multiples subjectivités des individus puissent pleinement s’affirmer ?

COMMENTAIRES
Les dernières actualités
Représentation de la mixité da...
5 abonnés
En quoi l’anime Pokémon XY&Z e...
6 abonnés
The Grudge, la série (JU-ON: O...
7 abonnés
Akû, Le Chasseur Maudit...
18 abonnés
Les personnages de la Casa de ...
4 abonnés
C’est comme ça que je disparai...
11 abonnés
Star Wars : Résistance – la dé...
7 abonnés
Mille petits riens...
6 abonnés
Pourquoi les Pixar ne sont pas...
12 abonnés
La Fille dans l’écran...
11 abonnés
Une série documentaire Netflix...
12 abonnés
Les persos manga les plus cing...
18 abonnés
Les scènes de Disney un brin m...
12 abonnés
Trailer : The Boys saison 2 !...
4 abonnés
Devenir...
6 abonnés
Les personnages de manga qui o...
18 abonnés
L'amour est-il la pire chose q...
4 abonnés
Le jeu vidéo comme vecteur d’i...
3 abonnés
Les scènes les plus cruelles d...
12 abonnés
Alkpote, l'Empereur de la Cras...
7 abonnés
Les plus gros traîtres des sér...
12 abonnés
Review finale de The Promised ...
18 abonnés
Chronique du tueur de roi...
11 abonnés
Premier contact : Ce que j’ai ...
12 abonnés
Pourquoi le post apocalyptique...
12 abonnés
Quand les personnages prennent...
12 abonnés
Le trailer de Shingeki No Kyoj...
18 abonnés
Les chefs d’œuvre musicaux méc...
18 abonnés
Je suis le virus...
9 abonnés
Les personnages de manga les p...
18 abonnés
Le garçon qui dompta le vent...
12 abonnés
Pour une représentation de la ...
11 abonnés
Les méchants les plus charisma...
12 abonnés
Death Note : le One Shot...
18 abonnés
Sorcières d'hier et d'aujourd'...
11 abonnés
Les enfants du temps...
12 abonnés
Je te dirai si tu mens...
12 abonnés