Image du magazine Feminigeek

#Feminigeek - Représentation de la mixité dans Star Wars

10 abonnés

On ne présente plus la saga Star Wars, qui s’est élevée au rang de véritable mythe au cours des dernières décennies. Si elle a vu le jour en 1977, elle s’est finalement achevée en 2019. Ce sont donc plus de quarante années qui séparent l’épisode le plus ancien du plus plus récent. Alors bien sûr, même si on se situe dans une galaxie fort lointaine, le choix du casting a été influencé par notre monde et ses évolutions. Pourtant, il est important que le cinéma représente la diversité, pour que chacun puisse se reconnaître et rêver de devenir jedi ou rebel.le ! Cependant, en observant les films auprès desquels on a grandi, avec un œil un peu plus critique, on remarque que les acteurs blancs monopolisent les rôles principaux. Ainsi, en regardant ces longs-métrages, repensez à la question de l’inclusivité et demandez-vous : combien de femmes apparaissent ? Parlent-elles ensemble d’autre chose que d’un homme ? Combien de personnages sont racisé.e.s ? Ont-ils des rôles importants ? Y a-t-il des personnages queer ? D’autres handicapés ? Certains transsexuel.le.s ? Bien souvent vous répondrez par la négative à ces interrogations. Alors oui, c’était une autre époque, mais lorsque Disney projette le trois derniers épisodes de la saga, entre 2015 et 2019, on s’attend forcément à autre chose. Dans cet article, je vais ainsi décortiquer l’évolution de la représentation de la mixité au sein de Star Wars.

I) Une saga sexiste ?


Dans la saga cinématographique, aucune femme clairement identifiée comme jedi, n’apparaît entre les épisodes I à VI. Ce n’est qu’en 2015 qu’une véritable jedi crève l’écran. Mais revenons, plus précisément, sur la présence des femmes dans les films Star Wars.


1979 – 1983 :  Épisodes IV à VI 
Recalés au Bechdel test

Lorsque l’on découvre les premiers épisodes de la saga, on est heureux de trouver parmi les personnages principaux une femme forte et importante, il s’agit bien sûr de la princesse Leïa. Stratège et leadeuse de la rébellion, elle est dotée d’un fort tempérament et n’hésite pas à combattre. Toutefois, l’histoire ne tourne pas autour d’elle. C’est Luke qui doit sauver l’Empire en devenant jedi, pas elle. Du reste, la première trilogie ne présente qu’un seul personnage féminin véritablement important. Les trois films ne passent donc pas le test de Bechdel. Pour savoir de quoi il s'agit, allez lire l'article de Biblioloca. A l’inverse il y a trois personnages masculins importants, sans compter ceux qui appartiennent au côté obscur (on arrive alors à 5 hommes). La représentation des sexes s’avère donc totalement dissymétrique.



1999 – 2005 :Épisodes I à III
Peut mieux faire !

Seize ans plus tard, la situation commence à évoluer. En effet, de nombreuses femmes apparaissent à l’écran. On les retrouve au sein des assemblées politiques ou encore au combat (comme la chasseuse de prime de l’épisode II). Si ce ne sont que des figurantes ou des rôles peu importants, une autre femme forte vient se faire une place parmi les personnages principaux, il s’agit de Padme Amidala. D’abord reine, puis sénatrice, elle possède un fort pouvoir politique. Elle est entourée de suivantes, qu’elle utilise parfois comme doublures afin de pouvoir se protéger, toutefois ce sont des personnages sans relief qui n’existent que dans son ombre Et, une fois encore, l’histoire ne tourne pas autour de cette femme. Du reste, Padme doit être protégée et sauvée par les hommes, presque comme une princesse de conte de fées. Je montrerai d’ailleurs dans un autre article que l’évolution de ce personnage est sexiste. Enfin, la mère d’Anakin est également un personnage secondaire qui n’a pas de personnalité propre.

 

Dans cette trilogie, tous les épisodes passent le test de Bechdel, hormis le III.


Le sabre laser : une arme trop phallique ?!
Autre remarque que l’on peut faire concernant la place des femmes dans les six premiers épisodes : même si certaines, se battent armées d’un pistolet, on ne voit aucune d’elles brandir un sabre laser. De ce fait, les combats les plus solennels, ne sont menés que par des hommes. Heureusement, cet aspect évolue à partir de 2015 !

 

2015 – 2019 : Épisodes VII à XI
Une jedi super badass

On note vraiment un changement de mentalité à partir de 2015. Les femmes sont beaucoup plus présentes à l’écran. Elles siègent dans les assemblées, chez les rebel.le.s et ont des postes importants. Elles se battent dans la résistance. Cette fois-ci on trouve plusieurs personnages principaux  et secondaires féminins très intéressants : Leia, Rose et Paige Tico, Amilyn Holdo, Larma D'Acy, Jannah et bien sûr la formidable Rey. C’est la première femme jedi qui nous est présentée à l’écran, même si ce n’est pas la seule qui apparaît dans l’univers de Star Wars étendu. Quelle joie de voir enfin une femme forte aux incroyables capacités, capable de combattre contre les hommes et de manier le sabre laser ! Cette fois-ci c’est son histoire que l’on suit au sein des trois derniers films. Seul petit bémol, le côté obscur reste extrêmement masculin, comme si les femmes ne pouvaient pas y basculer !

 

II) Qu’en est-il de la mixité raciale ?

 

Si les femmes n’étaient pas beaucoup représentées au début de la saga, voyons ce qu’il en est de la mixité raciale.

1979 – 1983 : Épisodes IV à VI
Une saga trop blanche ?

Le premier et le seul personnage racisé apparaît dans l’épisode V de la saga, il s’agit de Lando. S’il dénonce d’abord Han Solo à Dark Vador, il changera ensuite de camp et prendra le parti de la rébellion. On le retrouvera ensuite dans l’épisode VI. La mixité n’est donc pas au rendez-vous !

 

1999 – 2005 :Épisodes I à III
En progrès !

Une fois encore, on note une évolution au début des années 2000 car Maître Windu, un jedi noir, siège au conseil des jedis. Par ailleurs, deux autres personnages noirs accompagnent Padmé lors des épisodes I et II. Enfin, le futur père de Leia et Luke est interprété par un acteur originaire d’Amérique de sud. Même si la diversité raciale apparaît davantage à l’écran, la plupart de cesacteurs campent des rôles secondaires.

 

2015 – 2019 : Épisodes VII à XI
Vers l’inclusion

En revanche, dans les derniers épisodes de la saga, la diversité raciale est beaucoup plus présente. Le rôle de Finn, ancien Stormtrooper qui rentre au service de la résistance, est interprété par un acteur noir. On retrouve aussi le personnage de Lando. Quant aux rôles de Rose Tico et de sa sœur, ilsont été attribués à deux actrices asiatiques. Le personnage de Jannah, lui, a
été attribué à une actrice noire. On note ainsi une grande différence dans la représentation de la mixité. Même si, une fois encore, la majorité des rôles principaux a été donné à des acteurs blancs (Rey, Leia, Han Solo, Kylo Ren, Poe ou encore Palpatine).

III) Une saga totalement hétérosexuelle ?

 

Qu’en est-il de la représentation de l’homosexualité dans Star Wars ? Dans les épisodes I à VIII, seules des histoires d’amour hétérosexuelles étaient représentées à l’écran. Il s’agit de couples mythiques. On trouve Leia et Han Solo avec la célèbre réplique : « - I love you – I know », ainsi que Padme et Anakin, dont l’épisode II dédie presque la moitié de son temps à la présentation de cette histoire d’amour. Dans les années 2010, on s’attendait donc à autre chose. Cette fois-ci, pas de grande histoire d’amour, mais juste quelques relationsambiguës entre Rose Tico et Finn, Finn et Rey, Rey et Kylo Ren. Toutefois, à la veille de la sortie de l’épisode IX, un vrai baiser queer avait été promis aux fans. Plusieurs d'entre eux s’attendaient à ce que cette relation soit entre Poe et Finn. Pourtant, il s’agit d’un simple baiser partagé entre deux figurantes rebelles, après avoir gagné une bataille. Rien de transcendant donc !


Illustration de exewing sur Tumblr.

 

Pour conclure

La saga Star Wars a évolué au fil des 42 années qui la composent. Les femmes se sont faites plus présentes et plusieurs races ont été représentées.


Personnages apparaissant dans les épisodes VIII et/ou IX.

Seulement, en ce qui concerne la sexualité, la saga n’a pas étonnée en représentant, une fois encore, des relations hétérocentrées. C’est malheureusement, le lot de ces sagas cultes qui ne veulent pas décevoir les fans. Il me semble, toutefois, que c’est également le devoir de ces grosses productions de représenter des êtres correspondant.e.s à notre réalité.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

 

COMMENTAIRES
Les dernières actualités
Ratched, une série à découvrir...
8 abonnés
Partage de la semaine 3...
10 abonnés
Un manga ULTRA GIGA ORIGINAL :...
20 abonnés
New : Final Fantasy XVI...
10 abonnés
L'Héritage de Poudlard (HARRY ...
9 abonnés
La nouvelle ère ninja – Boruto...
10 abonnés
Partage de la semaine 2...
10 abonnés
Bootblack - tome 2 - Dargaud...
4 abonnés
Friday Night Cypher, une dingu...
7 abonnés
Promenade urbano-rurale céveno...
6 abonnés
Partage de la semaine 1...
10 abonnés
Début fracassant pour The Boys...
8 abonnés
YuYu Hakusho : Pourquoi tant d...
20 abonnés
Série Choc : Le jeune Wallande...
8 abonnés
Des films qui méritent qu'on l...
6 abonnés
En route vers le terroir...
6 abonnés
Réconcilié avec un Goncourt...
6 abonnés
L'intrigue est dans la décisio...
6 abonnés
Une référence imbuvable...
6 abonnés
Open 24 Hours : Nouvelle Référ...
9 abonnés
Les sous-entendus sexuels des ...
18 abonnés
Le Sexisme dans Star Wars...
10 abonnés
Hajime No Ippo : Supérieur à D...
9 abonnés
Bienvenue à Moi-Même...
9 abonnés
Persona 5 Royal meilleur J-RPG...
10 abonnés
On kiffe les tournois...
20 abonnés
Almodovar, les films à découvr...
15 abonnés
Review Chapitre 131 - Shingeki...
10 abonnés
Représentation de la mixité da...
10 abonnés
Pokémon XY&Z une réussite !...
10 abonnés
The Grudge, la série (JU-ON: O...
9 abonnés
Akû, Le Chasseur Maudit...
20 abonnés
Les personnages de la Casa de ...
8 abonnés
C’est comme ça que je disparai...
12 abonnés
Star Wars : Résistance – la dé...
9 abonnés
Mille petits riens...
6 abonnés
Pourquoi les Pixar ne sont pas...
18 abonnés
La Fille dans l’écran...
12 abonnés
Une série documentaire Netflix...
13 abonnés
Les persos manga les plus cing...
20 abonnés
Les scènes de Disney un brin m...
18 abonnés
Trailer : The Boys saison 2 !...
8 abonnés
Devenir...
6 abonnés
Les personnages de manga qui o...
20 abonnés
L'amour est-il la pire chose q...
4 abonnés
Le jeu vidéo comme vecteur d’i...
3 abonnés
Les scènes les plus cruelles d...
18 abonnés
Alkpote, l'Empereur de la Cras...
7 abonnés
Les plus gros traîtres des sér...
15 abonnés
Review finale de The Promised ...
20 abonnés
Chronique du tueur de roi...
12 abonnés
Premier contact : Ce que j’ai ...
13 abonnés
Pourquoi le post apocalyptique...
15 abonnés
Quand les personnages prennent...
13 abonnés
Le trailer de Shingeki No Kyoj...
20 abonnés
Les chefs d’œuvre musicaux méc...
20 abonnés
Je suis le virus...
9 abonnés
Les personnages de manga les p...
20 abonnés
Le garçon qui dompta le vent...
15 abonnés
Pour une représentation de la ...
12 abonnés
Les méchants les plus charisma...
15 abonnés
Death Note : le One Shot...
20 abonnés
Sorcières d'hier et d'aujourd'...
12 abonnés
Les enfants du temps...
18 abonnés
Je te dirai si tu mens...
13 abonnés
Vinland Saga, L'animé qui déch...
20 abonnés
Baise-moi de Virginie Despente...
12 abonnés
Les années 90-2000 ou le temps...
13 abonnés
Ces beautés qui fracassent les...
13 abonnés
Docteur Stone : un point sur l...
20 abonnés
Les histoires cachées derrière...
18 abonnés
Mon nouveau papa......
9 abonnés
Hayao Miyazaki : Des films aux...
15 abonnés
The promised Neverland. Review...
20 abonnés
ShinseiJu ou la taille démesur...
4 abonnés
Youv Dee: Le pirate de la Trap...
7 abonnés
Les amours controversées de Ze...
12 abonnés
Les histoires cachées derrière...
18 abonnés
Décoder le langage non verbal...
13 abonnés
Tuto : comment être viré?...
7 abonnés
The promised Neverland: Review...
20 abonnés
Chanson française : les parole...
6 abonnés
La vengeance au cinéma...
15 abonnés
Scarlxrd, Le nouveau phénomène...
7 abonnés
Ces séries inconnues qui mérit...
13 abonnés